Fermer
Fermer
Publié le 16 juin 2022

La « chasse » aux champignons ? Pourquoi pas !

Par Jade Cabana

**Attention : la cueillette de champignons comporte toujours des risques et il est essentiel de s’assurer d’une identification solide avant de consommer ses trouvailles.

L’été dernier, j’ai eu la chance de suivre un petit cours d’introduction à la mycologie lors d’un séjour à Chibougamau. Il faut dire que je ne suis pas une très grande admiratrice de ces organismes aux formes diverses et que j’ai toujours eu une relation ambivalente envers ceux-ci notamment due à leur texture souvent molle. Petite, mon père nous apprenait à nous méfier des champignons à lames (parfois dangereux) et à favoriser les champignons à « éponge » comme les bolets (plus sécuritaires). Cet enseignement n’est d’ailleurs peut-être pas étranger à ma suspicion des champignons. Comme je passe la majorité de mon temps entre avril et novembre dans la forêt, j’ai décidé de tranquillement m’informer sur la mycologie et sur cette passion qui semble prendre d’assaut de plus en plus d’adeptes. 

Force est de constater que ceux-ci ont la cote et qu'ils sont souvent les héros de nombreuses recettes culinaires prisées comme les risottos, la sauce forestière, les crèmes ou les poêlées. 

Dermatose des russules poêlée

Bon à savoir

Saviez-vous que les fameuses truffes blanches (pouvant atteindre jusqu’à 10 000$/lb), ainsi que les Matsutake (jusqu’à 2 500$/lb) sont souvent listés parmi les champignons les plus chers sur terre ? À titre de comparaison, un steak du fameux bœuf Wagyu de 10 onces (0.6lb) se vend environ 190$. De quoi faire réfléchir! 

Lors de mes sorties, je me concentre sur les espèces relativement faciles comme les coprins chevelus, les vesses-de-loup, les morilles, le pied-de-mouton ou les bolets/cèpes. Je me suis également équipée de la base de données de Mycoquebec, la Fonge 2.0, afin de m’aider dans mes identifications.

Coprins chevelus lors d’une prospection à l’orignal

Faut-il un équipement particulier ?

Je vous suggère de vous équiper d’un guide d’identification, d’une petite brosse, d’un petit couteau et idéalement d’un panier, afin de conserver ses trouvailles. Il faut absolument éviter les contenants hermétiques ou les sacs de plastique qui ne respirent pas. À défaut d’un panier, opter pour un sac de papier brun. La brosse vous servira à nettoyer les champignons avant de les rapporter à la maison.

Faut-il couper les champignons ?

Cette question fait débat depuis de nombreuses années. Les experts semblent s’entendre pour dire que la meilleure manière de prélever un champignon est de l’arracher du sol en prenant soin de recouvrir rapidement le trou formé. De cette manière, le mycélium (sorte de racines reproductrices sous-terrainne du champignon) pourra survivre et donner naissance à d’autres champignons. Lorsque l’identification est formelle, le couteau pourra servir à couper le bout du pied. Toutefois, lorsque l’identification est nécessaire, il est préférable de conserver l’ensemble du végétal.

Vesses-de-loup perlées lors d’une chasse au petit gibier

Quand trouver des champignons ?

Au Québec, on trouve de manière générale des champignons de la mi-avril à la fin octobre, et ce, dépendamment de sa localisation. Au printemps, on retrouve les fameuses morilles, alors que l’été nous offre les bolets ainsi que russules. La fin de l’été et l’automne est la période de choix pour les vesses-de-loup, les lactaires et les fameux matsutaké.

Où trouver des champignons ?

De manière générale, on essaie de favoriser les forêts d’épinettes, de chênes, de bouleaux, de peupliers, de sapins ou de pins. On évite le plus possible les forêts de cèdres, d’érables, d’ormes et de frênes. On cherche également des endroits relativement couverts où l’humidité peut s’accumuler.

Bolet lors d’une chasse à la perdrix

Mais attention, certains champignons font exception comme le Coprin chevelu ou le Pied bleu que l’on retrouve rarement en forêt et qui préfèrent les endroits plus ensoleillés comme une clairière, les pelouses ou le bord des routes.

Truc pour sauver du temps

En sachant localiser rapidement les milieux propices, on peut sauver du temps et surtout rentabiliser nos sorties. Je prends maintenant l’habitude de trainer avec moi à la chasse un petit kit de mycologue débutant (sac de papier brun, couteau et brosse) pour récolter mes trouvailles lors de mes journées de prospection. J’essaie lors de celles-ci de noter toute talle de champignons trouvée en marchant (sur une application mobile), afin de revenir les récupérer s’ils ne sont pas à point ou s’ils sont trop avancés.

De retour à la maison, on peut préparer tranquillement nos trouvailles tant végétales qu’animales et manger un plat 100% bio et récolté de nos mains.

Recette de soupe de coprin chevelu 

  • Faire revenir un oignon dans le beurre et y ajouter ensuite les coprins coupés en morceaux (sans les pieds). Après quelques minutes, lorsque ceux-ci auront rendu leur eau, ajouter un peu de farine pour faire un roux.
  • Verser un peu de bouillon de poulet maison et faire mijoter le tout (j’aime quand les champignons sont encore croquants). Finir par un peu de crème 35% afin d’ajuster la texture.
  • Ajouter sel, poivre et persil au goût.

Pour en savoir plus

En cas de doute, évitez de consommer le champignon et n’hésitez pas à soumettre vos photos à des experts. Le Cercle des mycologues amateurs de Québec propose notamment des séances d’identification, des cours et des conférences à ceux qui aimeraient découvrir ce mode fascinant (CMAQ – Cercle des Mycologues Amateurs de Québec). 

« Quand le chasseur rentre avec des champignons, on ne lui demande pas des nouvelles de sa chasse » - Proverbe Ashanti.

À propos de Jade Cabana La chasseuse urbaine

Jade est une passionnée de chasse, de nature et de gastronomie. Sa passion l'amène à poursuivre le lièvre et la perdrix, automne comme hiver, à attendre patiemment l'original et le chevreuil en octobre et novembre et à partager cet amour autour de bons repas. Vous pouvez suivre ses aventures sur Facebook et sur Instagram !

Articles par Jade Cabana

Infolettre Latulippe

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Note aux lecteurs

Les opinions exprimées dans nos chroniques n’engagent que les auteurs des textes et ne représentent pas nécessairement celles de Magasin Latulippe. Bonne lecture.

Chroniques récentes

Fermer

Ayez du panache!

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Fermer

Connexion

Client existant


Nouveau client

Avec votre compte Latulippe, vous pourrez recevoir des promotions par courriel, connaître l'état de vos commandes en cours et consulter vos commandes antérieures.