Fermer
Publié le 14 novembre 2011

Les températures préférentielles

Par Patrick Savard

Tout comme l’être humain, chaque espèce de poisson a une température à laquelle son niveau métabolique est à son plus actif. Peu de pêcheurs sportifs tiennent compte de cette donnée, qui est des plus utiles quand vient le temps de choisir son approche, tant au niveau du choix du leurre que de l’endroit de pêche.

Afin de faciliter l’explication de ce concept, prenons l’humain comme exemple. Lorsque la température ambiante se situe près de 21 degrés Celsius, notre humain est en éveil, et prompt à l’action. Par contre, si la température chute soudainement à 30 degrés sous zéro, l’humain devient amorphe et léthargique si on lui retire ses vêtements. A l’opposé, si la chaleur grimpe jusqu’à 30 degrés, notre bonhomme devient tout aussi amorphe et lent qu’en période froide. Même si cette comparaison de l’humain avec les créatures de l’eau semble quelque peu farfelue, il en va ainsi. Pis encore, comme les poissons sont des créatures à sang froid, la température de leur environnement les affecte de façon encore plus drastique.

Donc, sur un lac, les chances de capture sont les plus élevées à l’endroit même où la température convient le plus à l’espèce recherchée. Il ne s’agit pas ici d’affirmer que tous les poissons « déménageront » vers l’autre bout du plan d’eau parce que la température y est plus confortable, car personne ne les appellera pour le leur dire. Il s’agit plutôt de trouver ce lieu précis où le métabolisme des poissons est assez actif pour les forcer à se nourrir plus souvent et plus agressivement. Cet endroit peut se trouver plus ou moins en profondeur, selon la saison, ou encore à un bout ou l’autre d’un plan d’eau, dans le cas où le vent serait plus présent.

Eh oui ! L’eau la plus fraîche n’est pas toujours au fond du lac. Si le vent souffle, il pousse la tranche de surface d’un côté en particulier, ce qui fait que l’eau du fond remontera pour remplacer celle qui se déplace. De cette façon, tôt en saison, pêcher sur l’endroit où se dirige le vent vous assure de concentrer vos efforts sur l’eau la plus chaude du plan d’eau, car la couche qui a été réchauffée par les rayons du soleil est poussée de votre côté.

Il existe des instruments vous permettant de mesurer la température de l’eau, et ainsi de savoir avec plus de précision à quelle profondeur ou à quel endroit sur votre plan d’eau vos chances de succès seront les meilleures. Un thermomètre de pêche régulier (entre 10 et 20$) vous offrira une lecture plus ou moins précise pour la profondeur, car la température changera pendant la remontée. Par contre, comme outil de mesure de la température de surface, il est fiable et pratique. Un nouvel appareil de grande précision est aussi disponible sur le marché. Le « Fish Finder, » un produit allemand de la taille d’un gros porte-clés, est un thermomètre électronique possédant un indicateur de profondeur. On descend simplement le petit objet avec notre ligne à pêche, puis on le remonte pour obtenir une lecture d’une précision époustouflante de la température de l’eau à toutes les tranches de cinq pieds et de la profondeur exacte. Bien que plus dispendieux (80-100$), je le considère comme indispensable, même pour les 
propriétaires de sonars, étant donné que ces appareils n’offrent qu’une lecture de la température de surface. De plus, lors de portages vers des endroits plus reculés, le Fish Finder se transporte dans une poche de votre veste ou dans votre coffre, réduisant ainsi le poids sur vos épaules, car le sonar restera sans aucun doute à la maison !

Parlons maintenant des températures préférentielles propres à chaque espèce. Le tableau suivant indique la température (en Fahrenheit) à laquelle les espèces les plus pêchées sont les plus actives. Vous remarquerez aussi la présence de données pour certaines des espèces majeures de poisson-fourrage car, comme on le sait déjà, « Là où se trouve le garde-manger, on trouve aussi celui qui s’y nourrit ! » De plus, certains se questionneront sur le fait que le brochet soit subdivisé en deux catégories. Il ne s’agit pas ici de deux espèces différentes, mais bien du fait que le grand brochet du nord est le seul poisson à posséder deux températures préférentielles selon son poids. C’est pourquoi on entend souvent les gens se plaindre qu’ils ne capturent que des « fouets ». Nous traiterons plus avant de cette caractéristique du brochet dans un article qui paraîtra bientôt.

En attendant, bonne pêche à tous et à toutes, et n’hésitez pas à venir me rencontrer pour avoir plus de détails !

Patrick Savard

Espèce  Température (ºF ) 
Achigan à grande bouche 65-75
Esturgeon 66
Achigan à petite bouche 65-68
Grand corégone 51
Alose 66
Lotte 52
Barbotte 74
Maskinongé 63
Barbue de rivière 82-89
Omble de fontaine (truite mouchetée) 58
Brochet (petit, 0-10 lbs) 66
Perchaude 68
Brochet (grand, 10 lbs +) 59-63
Saumon atlantique 45-55
Carpe 84
Saumon Chinook 54
Cisco 52-55
Touladi (truite grise) 46-52
Crapet soleil  82
Truite arc-en-ciel  54
Doré jaune 67
Truite brune 56-65
Doré noir 67
Truite « steelhead » 48-52
À propos de Patrick Savard Enseignant et pêcheur passionné Articles par Patrick Savard

Infolettre Latulippe

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Note aux lecteurs

Les opinions exprimées dans nos chroniques n’engagent que les auteurs des textes et ne représentent pas nécessairement celles de Magasin Latulippe. Bonne lecture.

Chroniques récentes

Fermer

Ayez du panache!

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Fermer

Connexion

Client existant


Nouveau client

Avec votre compte Latulippe, vous pourrez recevoir des promotions par courriel, connaître l'état de vos commandes en cours et consulter vos commandes antérieures.