Fermer
Publié le 17 janvier 2020

Randonnée hivernale au mont Mégantic

Par Kareen Brochu Harvey

Bien que les températures glaciales que connaît le Québec à chaque année peuvent freiner l’enthousiasme des amoureux de la nature, l’hiver est sans aucun doute une saison qui mérite d’être aimée. Avec ses paysages blancs, lumineux et froids, cette saison renferme une panoplie de possibilités pour s’amuser et être émerveillé tout en sortant de chez soi. Que ce soit en pratiquant la raquette, le ski, la motoneige, la pêche, l’observation d’animaux ou même le camping, il y a moyen de profiter de l’hiver autant que de l’été!


Avez-vous déjà entendu la phrase « il n’y a pas de mauvaise température, seulement de mauvais vêtements » ? C’est absolument vrai dans la mesure où les bonnes connaissances en la matière sont importantes pour garder notre corps au chaud lors de nos sorties hivernales (je vous en parle un peu à la toute fin). À travers le récit de mon aventure de 3 jours au parc national du Mont-Mégantic, je vous partagerai quelques conseils pour aimer l’hiver et être bien protégé à l’extérieur, même avec des températures sous zéro degré Celsius.

Quitter le confort

En décembre dernier, j’ai quitté le chaud confort de mon appartement en direction du magnifique et majestueux parc national du Mont-Mégantic, en Estrie, avec une amie pour un séjour de 2 nuits et 3 jours. L’objectif premier de cette aventure était de profiter de la nature au maximum en chaussant nos raquettes de montagne avec mon sac à dos bien rempli.

Saviez-vous que le parc national du Mont-Mégantic est au cœur de la première Réserve internationale de ciel étoilé au Québec? Incroyable!

Le secteur de l’observatoire où nous étions offre 30 km de sentiers de randonnée en raquettes de tous les niveaux de difficulté. On y retrouve, entre autres, le mont Mégantic, le mont Saint-Joseph et le mont Victoria. C’est vraiment un endroit merveilleux à découvrir en hiver !

Premier jour et première nuit

Après un peu plus de deux heures de route entre Québec et Notre-Dame-des-Bois un vendredi matin, nous étions abasourdis par la beauté du paysage qui se dressait devant nous. Au loin, on pouvait voir les monts du parc à moitié enneigés. Nos pensées s’envolaient déjà sur le moment où nous allions être là-bas, dans les montagnes.

Pour une telle aventure, on avait besoin principalement de notre sac à dos rempli de matériel pour bien dormir, bien s’alimenter et bien se vêtir durant 3 journées en refuge et à l’extérieur. On devait aussi avoir avec nous nos raquettes et nos crampons. Bien que les sentiers puissent être tapés au départ (première journée), advenant une bordée de neige durant le séjour, les raquettes pourraient être indispensables, croyez-moi ! J’ai été surprise plusieurs fois en longue randonnée hivernale par ce phénomène.

En hiver, lors de longues randonnées, il nous faut toujours des raquettes et des crampons, même s’ils ne sont pas dans nos pieds. Heureusement, nous avons eu une magnifique température lors de notre première journée : un beau ciel dégagé, un sentier presque pas fréquenté depuis la dernière bordée et pratiquement personne d’autre sur la montagne (c’est l’avantage de randonner pendant la semaine). Je vous conseille fortement d’avoir des raquettes avec de bons crampons lorsque que vous pratiquez ce sport en montagne. Ils vous aideront à bien vous agripper à la neige et vous permettront de garder une bonne vitesse de montée sans avoir trop de difficulté. Les cales de montée (talonnières) sont aussi indispensables selon moi. Elles diminueront l’effort sur vos mollets et vous sentirez un peu moins d’effets qui peuvent subvenir lors de contractions musculaires fréquentes (être courbaturé le lendemain).

Cette journée-là, nous sommes parties du centre de découverte du parc jusqu’au sommet du mont Mégantic pour ensuite redescendre 400 mètres sur l’autre versant de la montagne jusqu’au refuge La Voie Lactée. En tout, nous avons parcouru 6.3 kilomètres en un peu plus de 3 heures avec une dénivellation positive de 515 mètres. L’effort en a valu la peine, même s’il faisait froid ! C’était magnifique au sommet autour de l’observatoire, surtout lors du coucher du soleil. Vous savez, être résistant au froid n’est pas seulement une question de vêtements, c’est aussi une question de mental. Au lieu de vous répéter que vous avez froid, dites-vous plutôt que vous êtes bien, car faire de la randonnée en hiver est une expérience accessible à tous.

Saviez-vous que l’observatoire du mont Mégantic est le plus grand télescope de l'est de l'Amérique du nord et le seul observatoire astronomique universitaire au Canada? Impressionnant!

Deuxième jour et deuxième nuit

Samedi matin, nous avons eu droit à un des spectacles naturels les plus incroyables que j’ai eu la chance de vivre en longue randonnée. Le lever du soleil teintait la neige d’un rose orangé magnifique et hypnotisant. La température glaciale n’était pas un souci et, appareil photo à la main (avec mitaine bien évidemment), j’ai capturé les paysages gelés.

Comme lors de toutes longues randonnées, une fois le réveil entamé et le déjeuner consommé, il était temps de faire à nouveau le sac pour se rendre à notre deuxième point de repos : le refuge Col-des-Trois-Sommets. Lors d’une descente de 2.3 kilomètres en 1 heure à travers les fantômes de neige, nous nous sommes amusées à prendre un tas de photos. Nous étions bien, il faisait beau et nous avions toute la journée devant nous. C’est l’avantage des petites distances à parcourir : nul besoin de se dépêcher. Ici, nous étions plus dans un esprit de contemplation que de performance.

Le refuge Col-des-Trois-Sommets est placé à un endroit où l’on peut arriver d’une section du parc, déposer notre sac à dos et repartir explorer une nouvelle section. C’est ce que nous avons fait et nous ne l’avons vraiment pas regretté !

Après avoir dîné et nous être installées dans notre nouveau logis temporaire, nous sommes parties sur un nouveau sentier : celui qui mène au pic du crépuscule, le plus beau point de vue du parc selon plusieurs. Nous avons alors fait un parcours en aller-retour de 6.3 kilomètres en un peu plus de 2 heures avec une dénivellation positive de 257 mètres. Ce qui augmentait notre kilométrage de la journée à 8.6 kilomètres en un peu plus de 3 heures de mouvements. Bien sûr, nous avons été à l’extérieur beaucoup plus longtemps que ça.

Ensuite, nous avons terminé cette magnifique deuxième journée de randonnée avec un souper à la lueur d’une chandelle.

Troisième jour

Les dernières journées de longues randonnées sont des journées où l’on doit simplement revenir à la voiture. Ce sont des journées qui peuvent être décevantes, c’est donc à vous de trouver du bonheur dans ce retour à la maison. J’aime beaucoup cette phrase de Dr Seuss : « Ne pleure pas parce que c’est fini, souris parce que c’est arrivé ». Elle veut tout dire ! Les souvenirs sont beaucoup plus importants que la performance lorsqu'on part à l’aventure entre amis.

Cette journée-là, nous avons parcouru 3.5 kilomètres, mais ce fut 3.5 kilomètres où nous nous sommes remémorées les beaux moments des deux dernières journées et avons parlées de quelle pourra être notre prochaine aventure. Le Québec regorge tellement de beaux endroits où pratiquer des activités hivernales qu’on voudrait toutes les explorer !

Saviez-vous qu’il y a des sentiers de longues randonnées absolument partout au Québec? Dans le Bas-Saint-Laurent, dans Chaudière-Appalaches, en Estrie, en Montérégie, dans le Nord, à l’Est... Ils ne sont d’ailleurs pas tous gérés par le gouvernement (Sépaq). Certains sentiers sont gérés par des organismes indépendants.

Comment s’habiller en hiver ?

Deux mots : système multicouche !

C’est tout ce que vous devez comprendre pour être bien habillé en hiver lors de vos activités afin d’éviter d’avoir froid. Le système multicouche est le principe de porter plusieurs couches de vêtements en fonction de la température et de l’effort physique. Les différentes couches peuvent être : une combinaison (couche de base), une veste polaire (couche secondaire), une « doudoune » (couche de protection chaude) et une coquille (couche de protection contre les intempéries). J’apporte toujours ces vêtements différents avec moi en longue randonnée, voire même en randonnée journalière si la météo et l’effort sont changeants.

Plus vous ferez de l’effort physique, plus vous aurez chaud et, pour éviter d’avoir froid, vous devrez porter un système multicouche qui laisse votre corps respirer afin d’évider l’accumulation d’humidité. Il faut porter moins de couches dans ces circonstances.

Moins vous faites d’effort physique, plus vous aurez besoin de protections chaudes, donc plus de couches. En randonnée hivernale, ce système est très utile puisqu'il permet d’ajuster son degré de protection n’importe où et à n’importe quel moment dans le sentier. Comme ça, jamais trop froid, jamais trop chaud puisqu'un ou l’autre peut s’avérer très nuisible.

Sur ce, rappelez-vous qu’il n’y a pas de mauvaise température pour profiter des bienfaits de la nature et qu’on peut très bien profiter de l’hiver autant que de l’été !

À propos de Kareen Brochu Harvey L'aventurière des bois

Jeune aventurière des bois assumée, Kareen rêve de visiter le monde entier et de partager avec lui sa créativité et ses aventures. Son grand projet prévu pour mars 2020 est l'Appalachian Trail, un sentier de 3 510 kilomètres situé sur la côte Est des États-Unis.

Retrouvez Kareen sur InstagramYoutube et Facebook!

Articles par Kareen Brochu Harvey

Infolettre Latulippe

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Note aux lecteurs

Les opinions exprimées dans nos chroniques n’engagent que les auteurs des textes et ne représentent pas nécessairement celles de Magasin Latulippe. Bonne lecture.

Chroniques récentes

Fermer

Ayez du panache!

Inscrivez-vous à l'infolettre Latulippe et demeurez à l'affût de nos nouveautés et nos promotions.

Fermer

Connexion

Client existant


Nouveau client

Avec votre compte Latulippe, vous pourrez recevoir des promotions par courriel, connaître l'état de vos commandes en cours et consulter vos commandes antérieures.